Animal en réalité augmentée

Le requin-baleine est une des espèces virtuelles de l’expérience Grand Large. Géant parmi les poissons, il symbolise la puissance et la vulnérabilité des espèces de la haute mer qu'il est nécessaire de préserver.

Le requin-baleine Rhincodon typus

Fiche d'identité

Le requin-baleine

Nom scientifique :
Rhincodon typus
Famille :
Rhincodontidae
Classe :
Chondrichthyes
Phylum :
Chordata
Année de description :
Smith, 1828
Statut UICN :
EN - En danger
Distribution :

Toutes les mers tropicales et tempérées chaudes, sauf en Méditerranée.

Lieu de vie :

En pleine mer (pélagique).

Taille :

5 à 12 m en moyenne.

Alimentation :

Petits poissons de moins de 10 cm comme les sardines, anchois, maquereaux, thons juvéniles, petits crustacés et calmars.

Longévité :

80 années.

Le requin-baleine Rhincodon typus
 

Il peut filtrer jusqu’à 6 000 litres d’eau par heure et avaler une tonne de nourriture par jour.

Ce requin placide se déplace lentement et est inoffensif pour l’humain. Il se nourrit principalement de plancton, d’algues et d’animaux microscopiques ainsi que de petits poissons. Il avale alors de grandes quantités d’eau qu’il vide par ses branchies, un tamis branchial permettant de retenir la nourriture.



Il filtre l’eau en nageant ou en se plaçant immobile au milieu d’un banc de poissons pour une meilleure prise.

Le saviez-vous ?

ANIMAL VIRTUEL EN REALITE AUGMENTEE

Le requin-baleine est une des espèces de l’expérience Grand Large.

Il est souvent accompagné de thons et maquereaux, poissons pélagiques avec lesquels ils accomplissent de grandes migrations. Les femelles requins-baleines migrent sur de plus courtes distances que les mâles.

Où trouver l'animal ?

Ce requin pélagique se rencontre entre la surface et 120 m de profondeur mais il peut aussi plonger à une profondeur de 1 000 m. On le croise dans les lagons, près des estuaires ou embouchures de rivières aux périodes où prolifèrent poissons et invertébrés qui sont à la base de son alimentation. Le requin-baleine vit dans toutes les mers tropicales et tempérées chaudes à l’exception de la Méditerranée. Il est visible en Atlantique, de New York au Brésil et du Sénégal au golfe de Guinée ; dans une grande partie de l’océan Indien et également dans l’océan Pacifique.

Comment le reconnaît-on ? 

Le requin-baleine Rhincodon typus est le plus grand poisson au monde. Sa taille varie entre 5 et 12 mètres et peut atteindre les 15 mètres soit plus long qu’un autobus ! Il est néanmoins plus petit que la baleine bleue, le plus grand mammifère du règne animal.Le corps massif se caractérise par 3 grandes lignes transversales et 5 fentes branchiales verticales au-dessus des nageoires pectorales. Ces branchies lui servent à respirer mais filtrent aussi l’eau qu’il absorbe en grande quantité quand il mange.



La robe de son dos est de couleur gris-bleutée et est parsemée de points blancs et de lignes formant un damier alors que son ventre est de couleur claire et unie. Cette répartition des points et des lignes permet l’identification des requins : chaque robe est unique. Le requin-baleine se reconnait à sa tête plate et sa grande bouche qui peut mesurer jusqu’à 1,50 m à 2 m de largeur.

Quelle est sa particularité ? 

La reproduction du requin-baleine est mal connue : on ne sait pas où ils s’accouplent, ni où les femelles mettent bas ; on ne connait pas la durée de la gestation même si certains suggèrent une reproduction tous les deux ans. Le mode de reproduction serait ovovivipare, c’est-à-dire que les œufs se développent et éclosent dans le ventre de la femelle et qui expulse des bébés requins viables. La maturité sexuelle serait atteinte lorsque le requin a une taille de 9 m, vers 20 ou 30 ans.

Menace et mesure de protection

La maturité sexuelle tardive des requins-baleines pèse sur la survie de l’espèce comme sur celle des autres requins. Sur la liste rouge de l’UICN, 37% des requins et raies sont menacés d’extinction au niveau mondial.[1] Selon l’UICN il est probable que la population globale des requins-baleines ait diminué de 50 % sur les 75 dernières années.[2]



La haute valeur marchande du requin-baleine en fait une cible pour les marchés asiatiques : aileron et chair sont consommés et il est aussi utilisé dans la médecine chinoise.



La pêche, comme les prises accidentelles menacent le requin-baleine ainsi que la pollution ou les collisions avec les navires.



Nausicaá et son fonds de dotation soutiennent le nouveau projet d’études du requin-baleine de la Fondation Malpelo.

Le saviez-vous ? Avec Science et Vie TV

Où le trouver dans Nausicaá ?

VOYAGE EN HAUTE MER

Le requin-baleine Rhincodon typus

Le Mag Océan

Parcourez notre Mag Océan

A la une

Tribune de Nausicaá sur les grands fonds marins

Face à la menace de l’exploitation minière des grands fonds marins, mobilisons-nous pour leur protection !

Faune abyssale ifremer

Article

Comment les animaux des abysses s’adaptent-ils aux conditions de vie extrêmes ?

Quelles sont les caractéristiques physiques qui leur permettent de survivre dans les grandes profondeurs de l'océan ?

Article

Pourquoi tant de lions de mer naissent-ils en juin ?

Coïncidence ou comportement naturel ?