ANIMAL VIRTUEL EN RÉALITÉ AUGMENTÉE

Le fou du Cap est l'une des espèces présentées dans l'expérience Grand Large.

le fou du cap Morus capensis

Fiche d'identité

le fou du cap

Nom scientifique :
Morus capensis
Famille :
Sulidae
Classe :
Aves
Phylum :
Chordata
Année de description :
Lichtenstein, 1823
Statut UICN :
EN - En danger
Statut CITES :

Non évalué

Distribution :

Espèce endémique de l'Afrique Australe, reproduction en Afrique du Sud et Namibie.

Lieu de vie :

Eaux côtières et au large, généralement à moins de 120 km de la terre

Taille :

90 cm, envergure 160 à 175 cm

Alimentation :

Piscivore, principalement sardines et anchois.

le fou du cap Morus capensis
 

Cet oiseau marin peut parcourir jusqu’à 450 km en une journée à la recherche de nourriture.

Sous l’eau, le fou du Cap se transforme. Il devient sous-marin avec ses doigts palmés qui l’aide à avancer et ses ailes qui deviennent nageoires. Avec son bec acéré il capture ses proies, principalement des sardines. Cet oiseau marin profite de la manne que représente le sardine run, ce rassemblement de plusieurs milliards de sardines au large des côtes sud-africaines.  C'est une « torpille du ciel » qui peut plonger dans l’océan pour y capturer ses proies à une vitesse de 100 km/h.

le saviez-vous ?

Où trouver l'animal ?

Cette espèce strictement marine vient se reproduire sur de petites îles plates ou en pente douce au large de l’Afrique du Sud. Elle se concentre sur 6 îlots. La majorité des oiseaux reste dans un rayon de 500 km autour de leur site de reproduction. Le fou du Cap se rencontre au large des côtes de l’Afrique, situées entre le canal du Mozambique au golfe de Guinée.

Comment le reconnaît-on ?

  • Le fou du Cap a une taille entre 84 et 94 cm, il est élancé, sa tête est jaune pâle, les yeux soulignés de noir.
  • Le corps des oiseaux adultes est blanc avec la queue et le bout des ailes noirs.
  • Les oiseaux immatures ont un plumage brun foncé qui montre de plus en plus de plumage adulte après un an.
  • Son cri au sein de la colonie s’apparente à un râle alors qu’il est silencieux en mer.

Quelle est sa particularité ?

La population de fous du Cap est composée de 80 000 à 100 000 couples qui se reproduisent entre septembre et avril. Un seul œuf est couvé pendant un mois et demi et donne naissance à un jeune qui quitte le nid après 3 mois.

Il se nourrit principalement de poissons pélagiques qui se déplacent en bancs comme l’anchois Engraulis capensis, la sardine Sardinops sagax ou le saure Scomberesox saurus, ainsi que des déchets rejetés par les bateaux de pêche, y compris les poissons démersaux. Son régime alimentaire suit les fluctuations d’abondance de ces espèces en Afrique du Sud.

Menace et mesure de protection

  • La population a été menacée par les perturbations causées par l’exploitation du guano (les manchots du Cap ont également été menacé par ce même problème).
  • La surpêche de la sardine et le déplacement vers l’est des populations de poissons épipélagiques, base du régime alimentaire du fou du Cap sont des menaces pour sa survie. En effet, le manque de nourriture a un impact sur la condition physique des adultes et le taux de croissance des poussins.
  • L’otarie du Cap Arctocepalus pusillus est un prédateur qui attaque les jeunes dans les colonies. La mouette mélanocéphale Larus dominicanus et le grand pélican blanc Pelecanus onocrotalus attaquent les poussins.
  • Les tempêtes et la hausse du niveau de la mer menacent l’habitat et les colonies.

Où le trouver dans Nausicaá ?

voyage en haute mer

le fou du cap Morus capensis

Le Mag Océan

Parcourez notre Mag Océan

A la une

Tribune de Nausicaá sur les grands fonds marins

Face à la menace de l’exploitation minière des grands fonds marins, mobilisons-nous pour leur protection !

Faune abyssale ifremer

Article

Comment les animaux des abysses s’adaptent-ils aux conditions de vie extrêmes ?

Quelles sont les caractéristiques physiques qui leur permettent de survivre dans les grandes profondeurs de l'océan ?

Article

Pourquoi tant de lions de mer naissent-ils en juin ?

Coïncidence ou comportement naturel ?