14 choses à savoir sur les abysses

Mieux connaitre ce qui se cache sous la surface jusqu’aux plus grandes profondeurs de l’océan.

crevette rimicaris Ifremer abysses

Les abysses sont synonymes de mystères, de profondeur, d’obscurité, d’espèces animales étranges et de fosses océaniques à 11 000 mètres sous la surface de l’océan. Mais les grands fonds marins font l’actualité car les ressources minérales qu’ils abritent attisent les convoitises. Des négociations entre États sont en cours pour établir un cadre autour de l’exploitation de ces richesses minières dans les eaux internationales. 

La France s’oppose à l’exploitation des fonds marins, alors que d’autres pays comme la Chine sont pour. 

Afin de mieux comprendre l’enjeu que représentent les grands fonds marins, plongeons dans les profondeurs de l’océan et découvrons ce que sont les abysses.

Où commencent les abysses ?

Les abysses sont les zones profondes de l’océan où la lumière ne pénètre jamais (à partir de 1 000 m de fond). Les plaines abyssales qui composent la plus grande partie des fonds océaniques se trouvent entre 3 000 et 6 000 mètres de profondeur.

10 912 m : le point le plus profond de l’océan

L’appel des grands fonds a mené par six fois des hommes au point le plus profond de l’océan, dans la fosse des Mariannes à l’est des Philippines. Ils ont plongé à près de 11 000 mètres de profondeur.

Qui sont ces pionniers de la plongée profonde  ? 

  • En 1960, le Suisse Jacques Piccard et l’Américain Don Walsh descendent à bord du bathyscaphe Le Trieste et sont les premiers à atteindre le fond de la fosse des Mariannes. 
  • En 2012, James Cameron, réalisateur de Titanic et Abyss y plonge à son tour à bord du Deepsea Challenger. 
  • L’explorateur américain Victor Vescovo atteint le fond de la fosse en 2019. En 2020, il plonge avec Kathryn Sullivan, première femme à avoir réalisé une sortie dans l’espace en 1984 et première femme à atteindre le point le plus profond de l’océan.
  • En 2020, des scientifiques chinois ont plongé à leur tour dans les profondeurs de l’océan.

Depuis une vingtaine de personnes ont pu à leur tour découvrir la fosse des Mariannes. 

Au début, elle est froide… (dans le fond des océans encore plus) !

Plus on descend dans les profondeurs de l’océan, plus la température de l’eau baisse pour descendre à 2°C à partir de 1 000 m de fond et jusqu’aux plus grandes profondeurs, quelle que soit la région ou la saison. Dans 75 % des eaux océaniques, la température de l’eau oscille entre 0° et 6°C.

méduse lanterne des abysses

De la vie dans les abysses.. et du plastique

Y a quelqu’un, tout en bas ?

Les conditions de vie dans les profondeurs de l’océan sont extrêmes : pas de lumière, peu de nourriture, une température glaciale et une pression écrasante ! Elles n’empêchent pas la vie de s’y développer : on y trouve des poissons, des bactéries, des méduses, des pieuvres, des requins…

Et un, et deux…. et 10 millions !

Dix millions, c’est le nombre d’espèces, du plancton aux plus grands animaux marins, qui pourraient exister dans les abysses. Une diversité biologique au potentiel fascinant et qui reste à découvrir. 

Du corail dans les abysses !

Incroyable ! On trouve des coraux dans les grands fonds. Ces coraux, que l’on appelle des espèces ingénieures, créent par leur activité un nouveau milieu de vie et servent d’habitat à de nombreuses autres espèces comme de jeunes poissons.

Un monde encore largement inconnu

A aujourd'hui, 25% des océans ont été cartographiés. Mais seuls 5 % des grands fonds marins ont été explorés avec précision.

Le plastique est partout, même à 11 000 m

La pollution n’épargne pas les profondeurs et un sac plastique a même été retrouvé dans la Fosse des Mariannes. Saviez-vous que 89 % des objets retrouvés sont en matière plastique et souvent à usage unique comme des couverts ?

Adaptation et survie dans les abysses

Vivre dans les abysses

Pour vivre dans des conditions aussi extrêmes, il faut s’adapter. Yeux protubérants pour capter le peu de lumière disponible, bioluminescence pour communiquer ou chasser, ou encore pour se camoufler ; gueules énormes aux dents acérées, les animaux des grandes profondeurs sont souvent de petite taille mais ont de quoi effrayer !

Quelle pression sous l’océan !

Petit exercice de calcul : sachant qu’à la surface de la mer la pression due à l’air est en moyenne légèrement supérieure à 1 bar, et qu’elle augmente d’1 bar tous les 10 m de profondeur, quelle est la pression de l’eau exercée dans les grandes fosses à - 10 000 mètres ? 

La bonne réponse est 1 000 bars, soit plus d’une tonne par cm², l’équivalent du poids d’une petite voiture sur un timbre-poste ! On comprend mieux pourquoi il est plus difficile d’aller au fond des océans que dans l’espace et pourquoi les animaux vivant à une très grande profondeur ne peuvent survivre s’ils remontent à la surface.

Menu abyssal : cadavre de baleine sur un lit de détritus

La quantité de nourriture disponible diminue à mesure que l’on descend dans les profondeurs. Dans les grands fonds, la nourriture se limite à une « pluie » de détritus organiques tombant de la surface. Les animaux qui vivent sur le fond filtrent le sable pour y trouver des restes alimentaires.
Quand un cadavre de baleine échoue sur la plaine abyssale, des centaines d’animaux viennent profiter de ce festin providentiel. En prévision d’une disette éventuelle, les animaux charognards constituent des réserves énergétiques et ralentissent leur métabolisme pour faire face aux périodes de jeûne.

Calmar porcelet
Calmar porcelet

Les abysses, un milieu inconnu, foisonnant et vulnérable

Les abysses, c’est chaud !

A certains endroits des abysses, on trouve des sources océaniques dont l’eau s’est réchauffée au contact du magma qui brûle à l’intérieur de la terre jusqu’à atteindre les 400°C. Lorsque l’eau jaillit, les minéraux contenus dans l’eau créent des cheminées hydrothermales qui attirent des espèces endémiques. Une oasis des grands fonds s’y développe avec des vers géants, des crabes blancs et des poisson fantomatiques – un écosystème qui se développe sans l’énergie du soleil. 

La vie abyssale est vulnérable

Les abysses ne sont pas épargnés par les activités humaines, que ce soit la pêche profonde, la pollution ou encore l'exploitation des hydrocarbures, le transport maritime et les activités terrestres, responsables de 80 % de la pollution en mer. En fin la hausse de la température de l'océan se constate aussi dans les grandes profondeurs.

Les abysses, des richesses à préserver !

Le potentiel des abysses, cet écosystème encore peu connu est énorme : biodiversité et ressources minérales. Par conséquent, leur exploration doit apporter de meilleures connaissances avant d’envisager toute exploitation. 

L‘exploitation minérale dans les grands fonds – attention, danger !

L’Autorité internationale des fonds marins - AIFM, organisme intergouvernemental autonome créé sous l’égide des Nations Unies en 1994 contrôle les activités relatives aux ressources minérales des fonds marins dans la zone internationale hors des limites de la juridiction nationale (qui englobe zone territoriale et zone économique exclusive).

Actuellement des discussions sont en cours pour décider de l’avenir de ces grands fonds marins. Si certains États (et entreprises privées) y voient une opportunité d’exploitation des minerais pour assurer la transition énergétique, d’autres s’inquiètent des conséquences de l’exploitation de ces ressources autant sur les écosystèmes et la biodiversité de ces milieux que sur le climat.

Abysses et climat

L’océan joue un rôle essentiel dans la régulation du climat par sa capacité à absorber le CO2 produit par les activités humaines. Cela représente environ 30 % du CO2 émis dans l’atmosphère. En absorbant et en stockant le principal gaz à effet de serre, l’océan joue un rôle fondamental dans la régulation du climat. L’exploitation des minerais comme le cuivre, le manganèse ou le cobalt qui sont dans les abysses risquerait de « libérer » le CO2 et le méthane séquestrés dans les sédiments du fond des mers.

 

Crédit photo : Ifremer

Mobilisons-nous pour protéger les grands fonds marins !

Nausicaá soutient la position de la France contre l’exploitation minière des grands fonds marins et utilisera tous ses moyens pour sensibiliser et mobiliser le plus grand nombre à la réalisation d’un moratoire.

Abysses

Remotely operated vehicle Deep Discoverer, Image courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas

Fosse des Mariannes, 11 000 mètres sous ...

Abysses 5mn

Découvrir l’endroit le plus profond de la planète !

baudroie des abysses

La baudroie abyssale

Abysses 3mn

Vous la connaissez ? Assurément si vous avez vu « Le Monde d...

IFREMER (2007). Morceaux de sulfures du site hydrothermal Logatchev. Ifremer. https://image.ifremer.fr/data/00556/66816/

Moratoire, pause de précaution ou interd...

Abysses 4mn

Quel sera l’avenir des abysses ? L’exploitation des grands f...

méduse cristal

La bioluminescence : pourquoi les animau...

Abysses 6mn

La bioluminescence, un exemple d’adaptation à la vie dans le...

coraux des abysses Ifremer

Les grands fonds marins, un milieu hosti...

Abysses 4mn

Obscurité, pression et froid, des conditions extrêmes pour d...

Méduse de profondeur NOOA

Géographie des abysses : à quoi ressembl...

Abysses 3mn

Imagine-t-on que sous la surface de l’océan se trouve un mon...

Explorer les abysses : la nouvelle avent...

Abysses 5mn

Les nouvelles technologies sous-marines pour explorer les gr...

Exploitation des grands fonds marins : q...

Abysses 4mn

Les richesses des abysses attirent les convoitises, mais à q...

Nodules polymétalliques

Les grands fonds marins, les alliés du c...

Abysses 3mn

Exploiter les grands fonds marins, c’est toucher au climat.