Piqûre de méduse : ce qu’il faut faire pour calmer la douleur

Méduse Aurélie

Qui dit vacances dit souvent plage et qui dit baignade dit risque de rencontrer une méduse dans l’eau et de se faire piquer. Alors que faire en cas de piqûre de méduses ?

Urine ou eau de mer ?

Contrairement à ce que dit Joey Tribiani à Monica Geller dans un épisode de Friends, uriner sur des piqûres de méduse n’est vraiment pas une bonne idée. L’urine comme l’eau douce risquent de faire éclater les cnidocytes. L’eau de mer est à privilégier.

Ces organes sont dotés d’un cil qui, au contact de la peau du baigneur déclenche un minuscule harpon qui diffuse du venin. De plus les méduses échouées sur la plage ne doivent pas être touchées car même mortes elles gardent leur pouvoir urticant.

L’efficacité du vinaigre varie selon les espèces de méduses et dans le doute sur l’identification de l’espèce il vaut mieux s’abstenir.

Alors que faire en cas de piqûre ?

En cas de piqûre, la sensation de brûlure est immédiate et douloureuse ; la première chose à faire est de sortir de l’eau pour éviter la multiplication des piqûres. Les tentacules des méduses sont difficiles à voir dans l’eau et ils peuvent être encore proches du baigneur même si la méduse semble s’être éloignée. De plus, les petits harpons de la méduse continuent de se déclencher tant qu’ils sont en contact avec un baigneur.

Que faire ensuite ?

  • Ne pas frotter la plaie, les cils présents sur le corps continueraient de piquer et de diffuser leur venin en cas de contact répété.
  • Rincer la plaie à l’eau de mer.
  • Retirer les tentacules mais pas directement à mains nues. Utiliser une pince à épiler ou appliquer du sable, le laisser sécher et ensuite gratter avec une carte de crédit pour ôter les derniers morceaux de tentacules présents.
  • Rincer longuement à l’eau chaude. La température de l’eau annule le pouvoir du venin.
  • Désinfecter.
  • Du paracétamol pourra soulager la douleur. La douleur disparaît au bout de quelques heures mais si elle persiste ou si une réaction allergique se déclenche, il faut consulter un médecin.

Une protection anti-méduses ?

Appliquer une pommade anti-méduses permet d’inhiber la gâchette de la méduse et d’empêcher ainsi son action urticante et donc de se faire piquer. En effet, la méduse aurait l’impression de toucher une autre méduse.

De la même manière qu’un poisson clown développe un mucus protecteur pour vivre au milieu d’une anémone de mer, vous aurez aussi votre protection anti-venin.

Méduse = danger ?

Pelagia noctiluca

Les méduses ne sont pas toutes dangereuses. Selon les espèces, la taille des cnidocytes et la nature de la toxine peuvent varier. Ainsi la méduse Aurélie que l’on trouve sur le littoral du Nord de la France est peu urticante.  La méduse poumon de mer Rhizostoma octopus qui se rencontre sur le littoral atlantique est en principe inoffensive. La méduse pélagique Pelagia noctiluca que l’on rencontre en Méditerranée se déplace en bancs et est urticante.

La « méduse boîte » d’Australie Chironex fleckeri est l’une des méduses les plus dangereuses du monde : sa piqûre peut tuer un être humain en quelques minutes. La méduse Malo kingi est une petite méduse irukandji de 2 à 3 centimètres de diamètre dont les piqûres peuvent être mortelles. On la trouve également sur les côtes australiennes.

 

Pour en savoir plus sur les méduses

Les méduses à Nausicaá

 

Crédit photos : Reflexe shooting, Yvette Tavernier, Hans Hillewaert – CC BY-SA 4.0

L’ACTUALITE NAUSICAÁ

PLONGEZ AU CŒUR DE L’EXPERIENCE NAUSICAÁ