La raie-guitare fouisseuse  Glaucostegus cemiculus

Fiche d'identité

La raie-guitare fouisseuse

Nom scientifique :
Glaucostegus cemiculus
Famille :
Glaucostegidae
Classe :
Chondrichthyes
Phylum :
Chordata
Année de description :
Geoffroy Saint-Hilaire, 1817
Statut UICN :
CR - En danger critique d'extinction
Statut CITES :

Annexe II

Distribution :

Atlantique Est, depuis le Portugal jusqu’en Angola ainsi qu’en mer Méditerranée.

Lieu de vie :

Entre 9 et 100 mètres de profondeur.

Taille :

En moyenne 1,50 m mais peut atteindre 2 m.

Alimentation :

Poissons et invertébrés benthiques.

Programme de conservation :

Nausicaá coordonne le programme européen de conservation de la raie-guitare fouisseuse.

La raie-guitare fouisseuse  Glaucostegus cemiculus
 

Les raies-guitares fouillent le sol avec grande facilité pour s’ensabler de quelques centimètres.

Les raies-guitares utilisent leur queue pour nager et avancent tels des requins, alors que les autres raies utilisent leurs nageoires pectorales et « planent » sur l’eau.

Elle se nourrit de poissons et d’invertébrés benthiques.

Le saviez-vous ?

Où trouver l'animal ?

On la trouve sur les fonds sableux ou vaseux, à des profondeurs allant de 9 à 100 mètres. Elle creuse les fonds marins très facilement. Sa peau beige et granuleuse lui permet de se fondre avec le sable.

Comment la reconnaît-on ?

  • La raie-guitare semble être un mélange de raie pour la partie avant de son corps et de requin pour la partie arrière.
  • La famille des Glaucostegus se caractérise par un corps très aplati, des nageoires dorsales situées en arrière des pelviennes. La queue est asymétrique et ne comporte pas de lobe inférieur. Elle mesure en moyenne 1,50 m mais peut atteindre 2 m.
  • Avec son corps tout en longueur et sa façon de se déplacer en ondulant comme les requins, la raie-guitare fouisseuse Rhinobatus cemiculus se distingue de ses camarades raies bouclées du bassin tactile ou de la grande raie manta du Bassin de la Haute Mer, qui elles, utilisent leurs nageoires pectorales.

Quelle est sa particularité ?

La raie-guitare fouisseuse est ovovivipare. Elle a une à deux portées par an, chacune comportant 4 à 6 embryons.

Menace et mesure de protection

  • La raie guitare est en danger critique d’extinction et continue se décroître. Son commerce est réglementé par la CITES et fait même l’objet de suspensions dans plusieurs pays.
  • Au Banc d'Arguin National Park, elle ne peut être pêchée que dans par les pêcheurs traditionnels indigènes.
  • Menacée par la surpêche, la dégradation de leur habitat, la raie-guitare fouisseuse est inscrite sur la liste rouge de l’UICN. Par ailleurs la raie-guitare se reproduit de manière peu prolifique, ce qui ajoute à la menace qui pèse sur cette espèce.

D’autres raies sont à découvrir dans le bassin de la Haute Mer : la grande raie manta, les mantes diables et les raies-aigles ocellées.

Des petites raies guitares voient régulièrement le jour à Nausicaá.

  • A la naissance, les jeunes mesurent environ 35 centimètres. Ils sont capables de s’alimenter tout de suite. Depuis 2014, plusieurs dizaines de petites raies ont rejoint d’autres aquariums en Europe. Nausicaá est coordinateur du programme de reproduction européen.
  • Âgés d’une dizaine d’années, le mâle et les trois femelles raies-guitares à l’origine de ces naissances ont grandi à Nausicaá et se sont déjà reproduits. Les naissances sont enregistrées dans un fichier et le rôle du coordinateur est de trouver un lieu d’accueil pour ces jeunes raies qui favorise un brassage génétique nécessaire pour le maintien d’une population saine.
  • La réussite et le suivi de la reproduction en aquarium améliorent nos connaissances sur les animaux notamment par les échographies des femelles enceintes afin d’observer le développement embryonnaire. Ces connaissances concernant la fertilité de ces espèces participent à leur conservation en milieu naturel.

Où le trouver dans Nausicaá ?

Voyage en haute mer

La raie-guitare fouisseuse  Glaucostegus cemiculus

Le Mag Océan

Parcourez notre Mag Océan

A la une

Tribune de Nausicaá sur les grands fonds marins

Face à la menace de l’exploitation minière des grands fonds marins, mobilisons-nous pour leur protection !

Faune abyssale ifremer

Article

Qu’est-ce qu’un nodule polymétallique ?

Découvrir ces concrétions minérales dont la potentielle exploitation est actuellement en discussion au sein de l'AIFM.

Article

Qu’est-ce qu’une cheminée hydrothermale ?

Découvrir comment se forme cette structure minérale dans les grands fonds marins.