Publié le 2 septembre 2019

La machine Océan ressemble à un grand tapis roulant planétaire.

En effet, la circulation océanique peut être divisée en deux composantes : une circulation de surface, engendrée par les vents, et une circulation large et plus lente, gouvernée par la densité et la température de l’eau.

→ L’Océan régule le climat.

Des masses d’eaux chaudes transportent en surface la chaleur accumulée dans les tropiques vers les pôles, en réduisant ainsi les écarts de température. Des courants froids circulant en profondeur font le trajet inverse. Cette circulation globale contribue, à la manière d’un « tapis roulant », à la redistribution de la chaleur à l’échelle de la planète. De plus, l’Océan absorbe plus de 90 % de l’excès de chaleur lié aux activités humaines, ce qui minimise l’augmentation globale de la température. C’est un rôle régulateur essentiel mais cette quantité de chaleur accumulée a des conséquences aujourd’hui sur l’évolution du niveau des mers – du fait de la dilatation thermique de l’eau – et sur la répartition, voire la survie, de certaines espèces.
L’Océan absorbe également environ un tiers du CO2 atmosphérique émis par les activités humaines, ce qui minimise l’augmentation globale de la température due à l’effet de serre. Ceci modifie la chimie des carbonates de l’eau de mer. On parle d’acidification de l’Océan. Or de nombreux organismes marins, des algues microscopiques aux coraux bâtisseurs de récifs, précipitent du CaCO3 (carbonate de calcium) pour former leur thalle, squelette, coquille protectrice ou pièces calcifiées. Ils sont donc impactés par la baisse de disponibilité en carbonates !

→ L’Océan est source d’énergies.

Courants, marées, vagues sont autant de manifestations de la force de l’Océan. Le plus grand courant est le courant circumpolaire Antarctique qui atteint 1 000 km de large et charrie 150 millions de m3 d’eau par seconde, soit 150 fois le débit total de tous les fleuves du monde !

→ L’Océan participe au cycle de l’eau.

Sous l’effet des rayonnements du soleil, l’eau de l’Océan se réchauffe et s’évapore dans l’atmosphère. La vapeur d’eau, transportée par les courants aériens, se condense en gouttelettes d’eau ou en cristaux de glace, qui forment les nuages. Dans certaines conditions, les gouttelettes tombent alors sur terre sous forme de précipitations de pluie ou de neige. Pluie et neige fondue apportent l’eau douce dans les lacs et les rivières. Une grande partie de cette eau s’infiltre dans le sol et alimente fleuves et nappes phréatiques. Cette eau est en mouvement permanent et finit toujours par retourner à l’Océan : c’est le cycle de l’eau.
Ce que l’Homme fait sur terre a donc un impact en mer : 80 % des pollutions marines sont d’origine terrestre. De par les gyres, gigantesques tourbillons d’eau océanique formés d’un ensemble de courants marins, des milliards de microplastiques se regroupent dans les océans et forment ce que l’on appelle « les continents de plastique ».

Vous souhaitez aborder le changement climatique à NAUSICAÁ avec votre classe de cycle 3 ou 4 ?

Des  animations et des ateliers pédagogiques en salle vous sont proposés en complément de la visite, sous réservation : “As-tu trop chaud ?” (cycle 3), “Calcule ton empreinte climatique” (cycle 4, lycée), “Océan et Climat, parlons-en !” (cycle 4 et lycée).

Une fiche descriptive de ces animations ou ateliers est disponible sur le site internet.

Vous pourrez aller plus loin en montrant dans l’exposition de NAUSICAÁ que l’Homme est aussi confronté au changement climatique dans les espaces 2 et 21 de l’exposition « Des Rivages et des Hommes ».

Une fiche de visite pour élève “Océan et climat : chaud devant !” (cycle 4) sur l’espace 21 est en libre téléchargement en cliquant sur ce lien.

Cette thématique est également évoquée dans l’Exposition « Voyage en Haute Mer » Espace 2 Océan vivant.

Références aux ODD : objectifs 6,7,13,14

Cliquez sur l’image pour plus de détails sur les ODD

Retrouvez toutes les ressources de cette thématique

Plongez au cœur de l’expérience Nausicaá