Le gouvernement français, l’Agence Française pour la Biodiversité et Nausicaá organisent les lundi 18 et mardi 19 novembre 2019 la 2ème Rencontre Internationale de la Haute Mer, un atelier sur le rôle spécifique du secteur privé pour la préservation de la biodiversité en haute mer. Cet atelier rassemblera des acteurs du monde économique, des experts de ces négociations, des scientifiques et des représentants de la société civile. Il apportera ainsi un éclairage et des perspectives complémentaires sur les enjeux et le futur fonctionnement du traité, une fois en vigueur et offrira tout particulièrement au secteur privé l’occasion d’échanger avec les négociateurs.

Mieux protéger et gérer la haute mer, en particulier sa biodiversité, est un grand défi du 21ème siècle. Le 24 décembre 2017, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté une résolution ouvrant les négociations vers un nouveau traité sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà des juridictions nationales (processus dit « BBNJ »). De nombreux éléments de l’accord auront un impact sur toutes les activités en mer.

Une conférence intergouvernementale, ouverte en 2018, a convoqué sa 3ème session à New York du 19 au 30 août 2019. Les délégations négocient sur la base d’un projet de traité proposé par sa présidente, Rena LEE. Une version révisée devrait être prête avant la prochaine session de cette conférence intergouvernementale.

Le secteur privé est déjà actif de diverses manières en haute mer. Ces activités augmenteront au cours des prochaines décennies grâce aux progrès techniques. Le secteur privé a également noué des partenariats avec d’autres acteurs intervenant en haute mer en contribuant à la recherche scientifique marine ou en renforçant des capacités dans les États en développement. Par ailleurs, le secteur privé est une partie prenante importante de l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) ou des organisations régionales de gestion de la pêche (ORGP). L’expérience des entreprises dans des domaines relevant de la juridiction nationale pourrait également présenter un intérêt pour certains chapitres du futur accord (par exemple, l’étude d’impacts sur l’environnement).

 

Le programme de la 2ème Rencontre Internationale de la Haute Mer est disponible ici.

Retrouvez ici une présentation des enjeux de la Haute Mer.

Parmi les Intervenants annoncés : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, UN Law of the Sea, Agence Française pour la Biodiversité, Cluster Maritime Français, Fondation de la Mer, Global Ocean Forum, Nausicaá, Réseau Océan Mondial, World Ocean Council.

Bandeau © shreib engel-pixabay

Ceci peut vous intéresser

PLONGEZ AU CŒUR DE L’EXPERIENCE NAUSICAÁ