L’ASSOCIATION THE SEACLEANERS

Créée en 2016 par le skipper Yvan Bourgnon, The SeaCleaners est une association d’intérêt général pour la préservation des océans.
Les équipes de The SeaCleaners se dédient à la réduction de la pollution plastique en développant des actions autant en mer qu’à terre. Ils ont notamment imaginé une solution innovante : le MANTA qui sera le premier navire hauturier capable de collecter et de traiter en masse les déchets océaniques flottants avant qu’ils ne se fragmentent.

Membre Observateur de l’ONU Environnement, et soutenue par la fondation Albert de Monaco, l’association The SeaCleaners s’est fixée des objectifs qui s’articulent autour de l’environnement, l’économie circulaire, la recherche scientifique et la pédagogie.

NAUSICAA ET THE SEACLEANERS

NAUSICAA et The SeaCleaners sont engagés dans une même démarche de sensibilisation pour que chacun à son niveau puisse agir afin de lutter contre la pollution plastique des océans.

Consciente que 80 % des déchets retrouvés en mer viennent directement des continents, The SeaCleaners intervient non seulement en mer pour collecter et étudier les déchets, mais aussi à terre afin de sensibiliser le public et de développer des boucles de revalorisation des déchets plastiques. Avec cette vision globale, le MANTA constituera à la fois un outil pédagogique, un laboratoire scientifique et un levier de l’économie circulaire.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Pour mener à bien sa mission, The SeaCleaners a imaginé la construction du MANTA, un navire unique en son genre, naviguant grâce aux énergies solaire, éolienne et électrique. Inspiré par la raie manta et ses capacités de filtration, ce bateau sera capable de collecter entre 5 et 10 000 tonnes de macro-déchets plastiques par an ! Une fois à bord, les déchets seront triés et compactés avant d’être ramenés à terre en vue de les traiter dans des filières dédiées. Une partie des déchets sera aussi utilisée sur le bateau pour produire de l’énergie grâce à des procédés innovants. Le MANTA naviguera le long des côtes et dans les estuaires ou embouchures des grands fleuves qui charrient le plus de déchets.

LA POLLUTION PLASTIQUE DES OCÉANS

Chaque année, environ 6 à 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent en mer. Le processus de dégradation de ces déchets plastiques est très lent et engendre une pollution lourde et conséquente sur les écosystèmes et la vie marine.

Face à ce constat, les moyens d’agir sont nombreux ! Par exemple, appliquer la règle des 4 R « Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler » peut permettre de limiter nos déchets et de développer l’économie circulaire.