Comment est gérée toute l’eau dont à besoin Nausicaá ?

 

Les unités de dénitratation au soufre transforment des matières minérales dissoutes (ammonium, nitrites, nitrates) en gaz (azote gazeux), qui est un des principaux constituants de l’air. L’azote gazeux rejoint l’atmosphère. Les biofiltres quant à eux, transforment des matières organiques en matières minérales dissoutes. Les seuls gaz émis pendant ce process sont ceux de la respiration des bactéries aérobies (CO2).

La dureté de l’eau de mer est aux alentours de 14 degrés français.

Dans les filtres, il y a un espace libre en partie basse qui permet la circulation de l’eau dans les bougies (sorte de crépines qui ne doivent pas être en contact avec le sable) ainsi qu’en partie haute, qui permet le contre-lavage des filtres sans perte de sable. Avec le sable à l’intérieur, sans compter le poids de l’eau, chaque filtre pèse environ 17 tonnes. Chaque jour 1 % d’eau de mer neuve est ajouté dans le grand bassin. L’eau de mer neuve n’est pas stérilisée (elle contient très peu de micro-organismes). Elle est par contre ré-oxygénée et ré-équilibrée dans sa teneur en éléments dissous, avant d’être distribuée dans les différents circuits.

Après avoir été ré-oxygenée, l’eau de mer brute passe sur un substrat spécifique qui retient la plus grande partie du fer et du manganèse. Mais en laisse suffisamment pour les besoins des animaux et des végétaux. Une partie est récoltée sous forme de poudre sèche et traitée par une filière spécialisée. Une autre partie retourne en Mer. A noter également, les circuits d’eau des deux expositions ne sont pas reliés. L’exposition « Des Rivages et des Hommes » contient 11 circuits indépendants de traitement d’eau (8 en eau de mer et 3 en eau douce) ; l’exposition « Voyage en Haute Mer » en possède 2, tous les deux en eau de mer.

La puissance des brasseurs peut être réglée indépendamment, s’il s’avère que cela est utile au cycle de vie des animaux. Les bio-balles sont en plastique issu de recyclage. On peut utiliser aussi du verre recyclé mais c’est beaucoup plus lourd et aurait nécessité des cuves de béton beaucoup plus épaisses. Ces bio-balles se nettoient toutes seules sous l’effet du brassage lent obtenu par les bulles d’air injecté. L’eau du grand bassin est filtrée mécaniquement, chauffée, brassée, stérilisée (U.V) et épurée dans des biofiltres (par des micro-organismes), un écumeur et des unités de dénitratation. L’eau de contre-lavage des filtres mécaniques est recyclée et peut selon nos besoins, alimenter le grand bassin. Les boues décantées sont recyclées et retraitées par une société agréée.

L’eau du grand bassin est intégralement filtrée 6 fois chaque jour et 1 % du volume repart en Mer après purification.