Avec l’été vient souvent le temps des méduses sur le littoral, troublant les baignades des touristes. Alors pourquoi tant de méduses ?
Les méduses sont des animaux planctoniques qui dérivent portés par les courants et peuvent être amenés sur les côtes. Elles apparaissent quand il y a prolifération du plancton dont le développement est lié aux sels minéraux, tels que les nitrates et phosphates issus des activités humaines et présents en grande quantité dans l’eau.
La température plus élevée de l’eau, conséquence du changement climatique peut aussi expliquer la prolifération de ces animaux. Enfin, la raréfaction de certains de leurs prédateurs de méduses comme les tortues marines, les poissons lunes, les thons, les maquereaux, les sardines a des conséquences sur la prolifération de ces individus.

Attention ça pique !

La rencontre avec une méduse laisse souvent un souvenir brûlant au baigneur. En effet les bras des méduses sont couverts de cellules urticantes munies de cils. Chaque cil agit comme une gâchette, lorsqu’il entre en contact avec la peau d’un baigneur il déclenche un harpon qui diffuse du venin. L’ensemble des harpons ainsi lancés provoquent la piqûre.
Comment stopper la sensation de brûlure ? Il faut neutraliser le cil pour qu’il arrête de diffuser le venin, en ce sens frotter l’endroit de la piqûre ne fait que provoquer un contact supplémentaire qui renforce la brûlure même si des chercheurs de l’université de Hawaii, semblent penser qu’utiliser du sable pour se débarrasser des cils urticants semblent être la meilleure solution. En cas de piqûre il faut donc Ne pas frotter, Retirer les tentacules, Rincer longuement à l’eau chaude, Désinfecter, Consulter un médecin si des cloques apparaissent.
Appliquer une pommade anti-méduse a pour but d’inhiber la gâchette et stoppe l’action urticante de la méduse. En l’appliquant avant la baignade on se protège des piqûres comme si on se recouvrait d’un mucus protecteur.

Une méduse se pique-t-elle elle-même ?

Bonne question ! La méduse développe un mucus sur ses bras qui la protège de ses cils urticants. C’est un peu le même principe qu’emploie le poisson-clown pour pouvoir vivre dans l’anémone.

Les méduses à Nausicaá

Alors pour pouvoir observer les méduses sans risquer la piqûre, nous vous donnons rendez-vous à Nausicaá pour y retrouver notamment la méduse Aurélie Aurelia aurita, la méduse dorée Chrysaora fuscescens, la méduse tachetée d’Australie Phyllorhiza punctata.

La méduse intéresse la recherche

La chirurgie et l’industrie cosmétique s’intéressent au collagène des méduses. La méduse Turritopsis retourne à l’état juvénile quand les conditions du milieu sont défavorables, avant de redevenir adulte plus tard, comme si elle renaissait plusieurs fois ! C’est la seule espèce vivante connue à ce jour capable de cet exploit. Détiendrait-elle le secret de l’immortalité ?
Qui s’y frotte s’y pique donc mais la méduse pique bien aussi notre curiosité !

En savoir plus sur les méduses

En savoir plus

PLONGEZ AU COEUR DE L’EXPÉRIENCE NAUSICAÁ