font-for-print-ver

Réouverture

Périophtalmes, sauteurs de boue (Periophthalmus barbarus)Le samedi 28 janvier 2017, Nausicaa, le Centre National de la Mer, a rouvert ses portes après 3 semaines intenses, pendant lesquelles l’équipage de Nausicaa a procédé au grand nettoyage d’hiver.
Nausicaa abordera la thématique du tourisme durable durant cette année 2017.

Dès la réouverture, la thématique du tourisme durable est évoquée dans l’espace mangrove à travers les nouveaux animaux. Les bernard-l’hermite terrestres (Coenobita rugosus), les périophtalmes, sauteurs de boue (Periophthalmus barbarus) et les phasmes à ailes rouges de Khao Ya (Phaenopharos khaoyaiensis) sont les nouveaux pensionnaires du Centre National de la Mer.

Thématique 2017 : le tourisme durable à Nausicaa

Logo 2017 Année Internationale du Tourisme Durable pour le DéveloppementL’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé l’année 2017 : Année internationale du tourisme durable pour le développement.

Nausicaa a choisi de s’inscrire dans cette thématique et souhaite montrer que chacun, dans ses choix de consommation et de loisirs, peut opter pour le tourisme durable. Il est possible de donner du sens et de l’authenticité à ses actions en s’orientant vers des activités encourageant la préservation des milieux marins et participant à l’amélioration des connaissances sur l’océan, les espèces marines, le climat ou les activités humaines liées à la mer.

Le tourisme durable pour le développement permet une approche culturelle et écosystémique d’une région. Cette thématique permet de comprendre comment, dans certaines zones du monde, les Hommes vivent en harmonie avec la biodiversité qui les entoure et en valorisent les ressources. Le tourisme durable implique de prendre en compte les aspects économiques, sociaux et environnementaux inhérents à un lieu.

L’écovolontariat, les sciences participatives, le développement de réseaux de plongeurs, de plaisanciers ou de touristes engagés dans des programmes communautaires ou de préservation des milieux sont quelques-uns des exemples de ces nouvelles formes de tourisme.

Nausicaa abordera cette nouvelle tendance de consommation responsable à travers la présentation d’initiatives touristiques originales et durables dans différents lieux de l’exposition.

Le tourisme durable sera également le sujet d’animations, de conférences, d’événements spéciaux…

La mangrove : un modèle de développement touristique durable

Près de l’embouchure des fleuves, dans les deltas, une végétation particulière bien adaptée à l’eau saumâtre s’avance sur la Mer : la mangrove. Ces arbres étranges – les palétuviers – entremêlent leurs racines aériennes et fixent la vase. Ils vivent ainsi dans le balancement des marées et hébergent une faune extraordinaire qui y trouve abri et nourriture. Ils constituent également une pouponnière pour les juvéniles, qui après avoir grandi, rejoindront la mer.

C’est sous les tropiques que vit la mangrove, un écosystème vital aux océans et à la planète. Le tourisme durable pour le développement permet de comprendre comment, dans certaines zones du monde et en particulier sous les tropiques, les Hommes vivent en harmonie avec la biodiversité qui les entoure et en valorisent les ressources.

Voici les nouveaux animaux présentés dans la mangrove de Nausicaa :

Bernard l'hermite terrestre Bernard l'hermite terrestre (Coenobita rugosus)Le bernard-l’hermite terrestre est un animal qui vit sur les côtes de l’Afrique de l’Est à l’Océan Pacifique. Comme tous les bernard-l’hermite, il cache son corps mou dans une coquille empruntée et mesure en moyenne 1 à 2 cm. Il est omnivore et détritivore, environ 70 % de sa nourriture est végétale et 30 % est d’origine carnée. Ce sont des animaux grégaires qui vivent en colonies dans les zones humides entre la plage et le début des zones forestières. Ils se nourrissent la nuit et sont capables de boire à partir du sable si celui-ci est assez saturé en eau.

 

Périophtalme, sauteur de boue (Periophtalmus barbarus)Le périophthalme, sauteur de boue est un animal endémique des mangroves. Il vit dans la boue, les rochers et entre les racines des palétuviers. Amphibie, il est capable de vivre dans et hors de l’eau, il peut s’immerger ou émerger totalement. Sa respiration à l’air libre est possible grâce à des cavités spéciales dans ses branchies qui lui permettent de stocker l’eau et de fournir un apport d’oxygène via les vaisseaux capillaires de sa bouche et de sa gorge. De même, il peut marcher voire sautiller sur la vase à l’aide de ses nageoires. Enfin, ses yeux sont adaptés à son mode de vie. Situés au sommet de la tête, ils lui permettent de voir dans toutes les directions.

 

Phasme à ailes rouges de Khao Ya (Phaenopharos khaoyaiensis)Les phasmes à ailes rouges de Khao Ya sont des insectes qui ont la particularité de se camoufler avec leur corps de forme allongée à l’aspect d’une brindille ou d’un bâton. Ils ont une capacité de parthénogenèse, correspondant à un mode de reproduction monoparental, cela signifie que les femelles sont capables, en l’absence de mâles, de pondre des œufs viables qui donneront naissance uniquement à des femelles. Le phasme est un herbivore qui grignote les feuilles avec ses puissantes mâchoires, appelées mandibules. En captivité, le phasme à ailes rouges de Khao Ya se nourrit de feuilles de ronces, rosiers, framboisiers, cassis ou millepertuis.

Voter
 

COOKIE SETTINGS PANEL

1st Party cookies: Necessary Cookie =:: Enhancement=

When you refuse the use of - 1st or 3rd party - cookies, this site will not behave as designed due to the unavailability of cookies.