font-for-print-ver

Observation des mammifères marins

Baleine grise (Eschrichtius robustus)L'observation des mammifères marins s'est développée comme activité touristique à partir des années 50, lorsque le Monument National de Cabrillo, en Californie (USA), a été déclaré lieu public pour l'observation des baleines grises (Eschrichtius robustus) et a attiré près 10 000 visiteurs dès la première année. La première sortie en mer date quant-à elle de 1955, au même endroit. Depuis, l'activité s'est développée dans 119 pays, faisant vivre 13 000 personnes et générant 2,1 millards de dollars de revenus en  2009, selon la Fondation Internationale pour le Bien-Etre Animal (IFAW). 

Une activité bénéfique pour le développement

En 2004, le tourisme lié à la nature affichait, selon l'Organisation Mondiale du Tourisme, une croissance trois fois plus rapide que le reste de l'industrie du tourisme. En 2005, cette activité représentait 83 % des postes d'exportation (sources de devises étrangères) pour les pays en développement et la principale exportation pour un tiers des pays les plus pauvres. En 2001, le nombre de touristes observant les baleines augmentait de 12 % par an, trois fois plus vite également que le reste du tourisme. Dans les Caraïbes, cette activité générait en 2006 selon un rapport de l'IFAW près de 10 millions de dollars. En Amérique latine en 2006, ce elle concernait 885 679 personnes dont les dépenses directes atteignaient 79, 4 millions de dollars (pour 278,1 millions de dollars de dépenses totales). Ce continent est particulièrement propice à cette activité puisque l'on peut y trouver 64 espèces de cétacés, soit 75 % des espèces connues, et elle y progresse très rapidement (entre 1998 et 2006 : + 74,5 % par an au Costa Rica, + 19,5 % au Chili, +17,8 % en Equateur, +17,6 % en Colombie et +14,3 % en Argentine).

La Commission Baleinière Internationale encourage "l'observation des baleines en tant qu'exploitation durable et non létale des cétacés, l'observation de baleines vivantes offrant de meilleures perspectives économiques que leur chasse. En Islande, ce type de tourisme attirerait plus de 200 000 touristes et génèrerait quelques 14 millions d'euros par an selon l'IFAW.

Au-delà de cet aspect, l'activité contribue au développement culturel et permet d'informer et de sensibiliser l'opinion publique sur la protection des mammifères marins et de leur habitat. En divers points du globe, scientifiques et observateurs des baleines ont par ailleurs engagé des échanges constructif autour de programmes de recherche.

Compte-tenu de ses bénéfices pour les communautés locales et la conservation des cétacés, l'observation des baleines constitue un outil de développement écotouristique efficace et durable, compatible avec les exigences de l'Agenda 21

Des règles à respecter pour limiter les impacts négatifs

Face au succès grandissant de cette activité, il est nécessaire de la gérer et de la pratiquer de manière raisonnée afin de limiter les impacts négatifs sur les animaux et l'environnement. Le non-respect des règles d'approche et des distances d'observation peut perturber, voire blesser ou tuer, les mammifères marins : déplacement des animaux vers des sites moins propices à l'alimentation ou à la reproduction; augmentation des dépenses énergétiques liée à la fuite, au stress et aux interruptions des périodes d'alimentation ou de repos; déviation des routes de migration; atteintes physiologiques telles que les impacts sur la capacités auditives, les risques pulmonaires pontentiels liés aux  gaz d'échappement, l'augmentation du risque de blessure ou de mortalité par collision. 

De plus en plus de destinations touristiques (Sanctuaire PELAGOS en Méditerranée, Mayotte, La Réunion, Polynésie française) mettent en place des labels, règles et codes de bonne conduite à respecter afin de s'assurer que le développement de cette activité ne se fasse pas au détriment des animaux.

Observer les mammifères marins dans les Hauts-de-France

Phoque gris (Halichoerus grypus) et phoque commun (Phoca vitulina)Le mileu marin de la région est une zone importante pour les mammifères marins. Durant les trente dernières années, 21 espèces de mammifères marins y ont été identifées (sur les 31 identifiées au niveau national métropolitain). Les principales espèces observées sont les phoques gris, les phoques communs ou veaux marins et les marsouins. On peut également parfois observer les lagénorhynques à flanc blanc, des lagénorhynques à bec blanc, des grands dauphins, des globicéphales, des grands rorquals ou des cachalots. Les spots d'observation les plus connus sont le phare de Walde à Marck (à proximité de Calais), le cap Gris-Nez, et les colonies de phoques de la baie d'Authie et de la baie de Somme.

Sorties d'observation, sensibilisation, sciences participatives :

Dans le Nord et le Pas-de-Calais : 

http://www.eden62.fr/les-rendez-vous/

http://www.phoques-et-cetaces-de-la-cote-d-opale.sitew.com/

En baie de Somme : 

http://www.baiedesomme.fr/lieu/1-1616-16-1-sorties-ateliers-maison-de-la-baie-de-somme

Sciences participatives : 

http://sciencesparticipatives.nausicaa.fr/mammiferes-marins-5/

 

Pour en savoir plus et sources :

Labels :

 - Label High Quality Whale-Watching® de l'ACCOBAMS (Accord sur la Conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente) : http://www.whale-watching-label.com/accueil_fr

- Observation Certifiée Responsable des Cétacés à la Réunion - O²CR : http://www.dm.sud-ocean-indien.developpement-durable.gouv.fr/observation-certifiee-responsable-a682.html

Chartes et codes de bonne conduite :

- Code de bonne conduite du sanctuaire PELAGOS : http://www.sanctuaire-pelagos.org/fr/sensibilisation/code-de-bonne-conduite

- Des chartes pour une approche respectueuse des mammifères marins à Mayotte : http://www.aires-marines.fr/Proteger/Sensibiliser-le-public/Observer-sans-deranger/Des-chartes-pour-une-approche-respectueuse-des-mammiferes-marins-a-Mayotte

- Whale watching code of conduct  : http://www.cetaceanwatching.com/w4/rules.aspx

Sources :
- Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Whale_watching

- Organisation Mondiale du Tourisme, communiqué de presse, Juin 2004.

- Eric HOYT, Whale watching 2001: worldwide tourism numbers, expenditures, and expanding socioeconomic benefits (PDF)

- Eric HOYT et Miguel IÑÍGUEZ, Etat des lieux du whale watching en Amérique latine (PDF), 2008

- Souffleurs d'écume : http://www.souffleursdecume.com/docs/42a54mayolww13p.pdf (PDF)

Téléchargez Acrobat Reader

Vous pouvez consulter les documents PDF avec Acrobat Reader, cliquez ici ou sur le logo pour le télécharger gratuitement.

Voter
 

COOKIE SETTINGS PANEL

1st Party cookies: Necessary Cookie =:: Enhancement=

When you refuse the use of - 1st or 3rd party - cookies, this site will not behave as designed due to the unavailability of cookies.