Les abysses

AbyssesLes abysses désignent les fonds océaniques de plus de 2 000 mètres de profondeur où règne une obscurité totale. Elles représentent plus de 80 % de la surface océanique.

Le point le plus profond du globe est la fosse des Mariannes, dans l'Océan Pacifique, qui atteint 10 916 mètres de fond. Les grandes fosses marines n'occupent que 2 % des fonds marins.
Les fonds océaniques abyssaux sont en grande partie couverts par les plaines abyssales. Elles occupent de vastes étendues, sont tapissées de sédiments et s'étagent entre 4 000 et 6 000 mètres de profondeur.

Ces plaines comportent des accidents de relief dus aux mouvements des plaques lithosphériques (croûte terrestre) :

  • Là où les plaques s'écartent, le magma a jailli pour former des dorsales océaniques (ex. : dorsale Médio-Atlantique).
  • Là où les plaques se heurtent, l'une peut plonger sous l'autre pour créer une fosse (ex. : fosse des Mariannes, de Porto Rico, de Bird, etc.)

Sous l'océan, la pression augmente avec la profondeur. A la surface de la mer, la pression est en moyenne légèrement supérieure à 1 bar. Dans les abysses, cette pression atteint 600 bars (et plus de 1 000 bars dans les grandes fosses à partir de 10 000 m soit plus d'une tonne/cm2).

L'exploration des abysses

A ce jour, moins de 2 % des grands fonds ont été explorés. L'exploration des abysses débute au XIXème siècle. De 1839 à 1843, des vaisseaux de James Clark ROSS remontent des étoiles de mer et des vers d'une profondeur de 7 km sous la surface de l'océan. Entre 1872 et 1876, une grande expédition océanographique est menée à bord du navire de la marine royale britannique H.M.S. Challenger : de nombreux sondages sont effectués et d'innombrables échantillons sont remontés des grandes profondeurs. Le navire Challenger II, en 1951, détecte à l'aide d'un sonar le point le plus abyssal de l'océan, à 11 km sous la mer. Il est ainsi baptisé "grand fond de Challenger" ou "gouffre de Challenger".

La 1ère descente à bord d'un engin habité (bathysphère relié à la surface par un câble) est réalisée par le zoologiste William BEEBE et l'ingénieur Otis BARTON en 1934. 26 ans plus tard, Don WALSH et Jacques PICCARD, à bord du bathyscaphe Trieste conçu par le père de ce dernier, Auguste PICCARD, atteignent 10 912 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes (océan Pacifique). Aucun homme n'est allé plus profond depuis. Néanmoins, le ROV (engin sous marin guidé) japonais KAIKO a détecté un creux à 11 034 mètres en bordure de cette même fosse.

Cependant, si ces fosses abyssales records ne sont qu'exceptionnellement visitées, les plaines abyssales situées entre 3 000 et 6 000 mètres font l'objet d'études, grâce à divers engins, habités ou non. Les abysses ont alors révélé bien des surprises...

La vie dans les abysses

Malgré des conditions extrêmes (obscurité totale interdisant le développement des végétaux, pression colossale, rareté de la nourriture, température, etc.), l'exploration des abysses a révélé de nombreuses formes de vie.

Dans les grands fonds, la nourriture disponible se limite pratiquement à la "neige" de détritus organiques tombant du dessus. On parle de neige abyssale : elle correspond aux apports en matière organique depuis la surface et alimente les cycles de nutriments dans l'océan (upwellings notamment).

On trouve des invertébrés et des poissons sur les fonds, des poissons parfois bioluminescents, des mollusques, des organismes gélatineux comme des méduses nageant en pleine eau et des microorganismes.

A la fin des années 70, à proximité des Galapagos et par 2 500 mètres de fond, au niveau de la dorsale océanique des plongées effectuées par le sous-marin Alvin révèlent une exubérance de vie et de nouvelles espèces ; notamment des vers tubicoles géants (des riftias), des coquillages d'une vingtaine de centimètres, des crabes à carapace blanche. Les biologistes ont parlé d'"oasis des grands fonds" qui contrastaient avec la pauvreté apparente de la faune dans les plaines abyssales. Les scientifiques ont constaté également que ces oasis animales foisonnaient à proximité des cheminées hydrothermales, mettant en lien le fluide hydrothermal et la vie animale. On trouve des oasis ainsi alimentées par des fluides chauds, d'autres par des fluides froids.

Les abysses et les thèmes Citoyen de l'Océan

L'écosystème des abysses est très important pour les cycles du carbone, de l'azote et du phosphore dans la biosphère.

Cet écosystème, encore si peu connu, produit des biens : biodiversité, molécules d'intérêt thérapeutique ou industriel (biologie moléculaire, biotransformations), pétrole, énergies nouvelles potentielles comme les hydrates de méthane, minéraux et métaux précieux, ressources pour la pêche...

Or les abysses sont sensibles à la pollution ou aux modifications du milieu. De plus, l'interdépendance entre espèces y est encore plus marquée. L'étude des grands fonds permet également de mieux comprendre l'histoire de notre planète, de ses changements de structure et de conditions de vie.

Les grands fonds marins ont un rôle stratégique important, mais situés pour la grande majorité dans les eaux internationales, leur exploitation est peu réglementée. Seuls quelques pays ont les capacités techniques de les explorer et envisagent d'utiliser leurs richesses ; l'exploitation équitable et durable des abysses est donc un enjeu actuel important.

La préservation de l'Océan Mondial inclut la préservation de ses grands fonds.

Découvrez les Mondes de la Mer à Nausicaa : cliquez ici (lien vers la billetterie)

Sources

Toutes les références indiquées dans la partie "A Nausicaa, l'extraordinaire richesse des abysses" ainsi que les références suivantes.

ARTICLES

  • Hervé MORIN. Les Abysses sont très sensibles aux atteintes de la biodiversité. Le Monde du 2 janvier 2008.
  • Gaëtane de LANSALUT. L'Entrepreneur des abysses. Le Monde 2 du 27 août 2007.
  • Franck ZAL. Les Sources abyssales, berceau de la vie ? Recherche, n°355, juillet-août 2002

LIVRES

  • B. ARNAUD et IFREMER. Explorons les grands fonds sous-marins. Ed. Rouge et Or, 1991
  • T. DAY. adapt. S. WEINBERG. Planétoscope Océans. Nathan, 2000
  • P. KOHLER. Les Abysses. Ed. Fleurus, coll. Encyclopédie Fleurus, 1995
  • C. CAUSSE. Grande Encyclopédie Fleurus de la Mer, 2003
  • L. LAUBIER. Des Oasis au fond des mers. Ed. Rocher,1986
  • L. LAUBIER. Ténèbres océanes. Le triomphe de la vie dans les abysses. Ed.Buchet/Castel,2008
  • D. REYSS. Dans la Nuit des abysses : au fond des océans.Ed. Gallimard, coll. Découverte-Nature, 1990
  • C. NOUVIAN. Abysses. Ed. Fayard, 2006
  • R. HEKINIAN et N. BINARD. Le feu des abysses. Ed.Quae, 2008
  • M. GROSS. La vie excentrique : Voyage dans les mondes extrêmes. Ed. Belin/Pour la Science, 2003
  • K. FUJIOKA, A. TAIRA, K. KOBAYASHI. A moins 6 000 m : l'Exploration des fosses japonaises, photographies des plongées du submersible Nautile dans les fosses de subduction du Japon. Ed. University of Tokyo Press/IFREMER/CNRS, 1988

SITES

Outre les Liens du site Nausicaa,

 

Voter