font-for-print-ver

L’eau fait débat

robinet d'eauL’eau est l’un des grands défis du XXIème siècle. Sans eau, il n’y a pas de vie. Les océans contiennent 97,5 % du volume total d’eau sur la planète. Les 2,5 % restant sont de l’eau douce, mais elle est en grande partie inaccessible : 68,9 % de ce volume sont stockés sous forme de neige ou de glace (calottes polaires, glaciers), 30,8 % reposent sous la terre dans les nappes phréatiques ou sous forme d’humidité et le reste, soit 0,3 % se trouve dans les rivières, fleuves, lacs et réservoirs.



Les hommes ne peuvent disposer facilement que d’à peine 0,001 % du volume total d’eau sur la planète (200 000 km³).

On peut dire que sur 1 m³ d’eau, l’eau potable ne représente qu’une seule goutte ! La gestion de cette ressource est devenue vitale, car nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre et nos besoins en eau augmentent. Sans oublier que les activités humaines ont un impact sur l’eau et rendent les réserves disponibles de plus en plus polluées.

 

Nausicaa, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Artois-Picardie, a réuni différents experts du monde de l’eau afin de répondre aux questions que chacun se pose sur la qualité de l’eau, les traitements apportés, la situation dans notre région, les pollutions.

Le débat est animé par Michel CHEVALET.

Les invités sont :

  • Alain STREBELLE, Directeur de l’Agence de l’Eau Artois Picardie
  • Didier COCHE, Directeur de l’Agence Véolia Eau de Boulogne-sur-Mer
  • Bruno ROUSSEL, représentant de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles
  • Jean-Loup LESAFFRE, Vice-président de la Communauté d'Agglomération du Boulonnais (Eau et assainissement)
  • Alain LEFEBVRE, Responsable du laboratoire Environnement et Ressources de l'IFREMER.

 

Quelques chiffres

  • Sur la planète, 1 million de personnes n’ont pas accès à l’eau potable
  • 4 500 enfants meurent par jour à cause de l’insalubrité de l’eau
  • 50 villes de plus de 6 millions d’habitants manquent d’eau
  • Dans la ville de Las Vegas, aux Etats-Unis, la consommation en eau est de 1 000 l. par habitant et par jour
  • En Jordanie, l’eau est distribuée une fois par semaine
  • En France, nous consommons 6 milliards de bouteilles d’eau par an

 

Le traitement de l’eau

Différents organes se répartissent le traitement de l’eau. L’Agence de l’eau Artois-Picardie est un instrument économique de l’Etat pour la mise en oeuvre des politiques de gestion de l’eau concertées. Ses missions sont : améliorer la qualité des cours d’eau, maîtriser les usages de l’eau, préserver les ressources en eau, assurer l’eau potable pour tous et développer l’intérêt du public sur les enjeux d’une bonne gestion de l’eau. La préservation de l’eau passe par la protection de la qualité de l’eau et sa quantité.

Le directeur de Véolia Eau rappelle, qu’en effet, en France l’eau est gratuite, c’est son traitement qui est payant. Le coût de l’eau est lié à la complexité de son traitement. "L’eau n’a pas de prix, mais elle a un coût".  

Véolia Eau se charge de la collecte vers les stations d’épuration (comme Séliane) et du traitement. Une fois, dans la station, l’eau va être "lavée" avant d’être restituée au milieu naturel. Différents traitements sont appliqués : le traitement biologique sur billes de polystyrène, la stérilisation UV, le traitement du phosphore et de l’azote ; elle est aussi garantie sans odeur. Les boues issues de l’épuration sont déshydratées et incinérées sur place dans un four spécifique qui traite les rejets gazeux (ou alors utilisées par les agriculteurs comme épandage). La mise en service de la nouvelle station est destinée à améliorer la qualité des eaux de la Liane mais aussi de la plage de Boulogne-sur-Mer.

 

Répartition de la consommation des ressources en eau

L’Agence de l’Eau a beaucoup travaillé avec les industriels. Leur consommation d’eau a été divisée par trois. L’agriculture utilise 2 à 3 % de l’eau pour l’irrigation des cultures. En règle générale, la consommation ne doit pas dépasser le taux de renouvellement annuel. La recharge des nappes est deux à trois fois supérieure à la prise. Dans la région, nous ne manquons pas d’eau. Une alerte a eu lieu en 2003 lors de la canicule, les consommateurs ont dû modérer leur consommation d’eau, en particulier, les industriels.

 

Les pollutions

La pollution par les métaux lourds

La pollution la plus dangereuse reste la pollution par les métaux lourds qui donne des boues non conformes et la pollution par le phosphore. En matière de pollution industrielle, la pollution toxique résiduelle reste la plus gênante. Des pénalités sous forme de surtaxes sont mises en place pour faire diminuer cette pollution.

La pollution par les nitrates et les phosphates

En mars dernier, la Commission Européenne a invité la France à mettre en œuvre un plan d’actions pour diminuer le taux des nitrates dans les eaux de Bretagne. Une fois qu’elle gagne la mer, la pollution par les nitrates (qui proviennent des engrais azotés en particulier) engendre un phénomène d’eutrophisation (déséquilibre de l’écosystème dû à un excès de nutriments, qui se traduit par une croissance excessive des algues et une diminution de l’oxygène dissous) et entraîne des marées vertes. Dans la région, le vert de mai est le résultat de la formation de colonies de plancton végétal remplies de mucus. Cela produit une "mousse" visible sur les plages de la région de mars à juin.

Voter
 

COOKIE SETTINGS PANEL

1st Party cookies: Necessary Cookie =:: Enhancement=

When you refuse the use of - 1st or 3rd party - cookies, this site will not behave as designed due to the unavailability of cookies.