font-for-print-ver

Les baleines dans le monde

BaleinesLes baleines, mammifères à sang chaud, vivent en mer. Elles possèdent des poumons et doivent venir respirer de l'air en surface. Elles appartiennent à l'ordre des cétacés.
Elles sont soit mysticètes (baleines à fanons) soit odontocètes (cétacés à dents, à l'instar des dauphins et marsouins). Les mysticètes ne possèdent pas de dents. Pour se nourrir, ils utilisent des fanons (plaques cornées fibreuses) pour filtrer de petits crustacés planctoniques (surtout les crevettes qui constituent le krill) et d'autres menus organismes aquatiques. Parmi ces mysticètes on trouve la baleine à bosse, la baleine franche, la baleine grise, le rorqual.

Les odontocètes adoptent un régime davantage riche en poissons et mollusques. Parmi les odontocètes, on trouve le cachalot et la baleine à bec.

On trouve des baleines dans tous les océans du globe. Deux facteurs principaux déterminent la répartition des baleines dans les océans : la température des eaux superficielles et la quantité de nourriture disponible. Les baleines s'alimentent dans les zones d'upwelling (régions où les substances nutritives remontent en surface avec les eaux profondes) et les zones de rencontre de courants marins où se concentre le plancton.

L’étonnante migration des baleines

Les baleines migrent chaque année en fonction des saisons, parfois à des milliers de km mais en général dans le même hémisphère. Ainsi, les baleines de l'hémisphère Nord suivent une route nord-sud (été-hiver) sans rencontrer les baleines de l'hémisphère Sud. L'hiver, elles rejoignent les eaux chaudes où elles s'accouplent et donnent naissance aux bébés, l'été, elles remontent vers les pôles, zones riches en krill et en plancton (la nourriture principale de nombreuses baleines).

Chacun de ces groupes ne dépasse généralement pas l'équateur et migre avec un décalage de 6 mois par rapport à l'autre groupe. En effet, quand les baleines de l'hémisphère Nord, en hiver, se trouvent dans leurs zones de reproduction au Sud, c'est l'été dans l'hémisphère Sud et par conséquent, les baleines de cette partie du globe ont atteint leurs zones de nutrition en Antarctique.

Chez les mysticètes, on a constaté que les baleines à régime alimentaire plus diversifié migrent moins loin que celles qui se nourrissent presque uniquement de krill.

Chez les odontocètes, seules les migrations de cachalots sont assez connues. Les cachalots se répartissent en 3 groupes : des groupes "pouponniers" composés de mères et de petits qu'accompagnent parfois des adultes, des groupes de jeunes célibataires composés de plusieurs jeunes mâles, enfin, des groupes restreints de très grands mâles qui eux, ne quittent pas forcément leur territoire de chasse tous les ans, et semblent passer moins de temps dans les zones de reproduction que les autres cachalots.

On ne connaît qu'un seul cas de baleines qui ont modifié leur route migratoire : au début du XIXème siècle, les baleines à bosse étaient inconnues dans les eaux d'Hawaï qui constituent, de nos jours, la zone la meilleure pour rencontrer et étudier cette espèce, dans la partie nord Pacifique.

La surexploitation des grands cétacés

En 1946, dans un contexte de surexploitation des grands cétacés, la Convention de Washington a créé la Commission Baleinière Internationale (CBI) afin de gérer la chasse commerciale à la baleine. Progressivement, le rôle de la CBI s'oriente vers la protection à part entière des baleines mais cela suscite de nombreux débats. La CBI est aujourd'hui une organisation mondiale regroupant 80 Etats (dont 21 des 25 de l'Union Européenne), favorables ou non à la chasse à la baleine.

La France en fait partie en tant qu'Etat protecteur tandis que le Japon, la Norvège et l'Islande sont les principaux pays favorables à la chasse.

Parmi les débats se tenant chaque année, on peut noter l'autorisation de la chasse et ses quotas. Depuis le moratoire de 1986, la chasse à la baleine est réglementée ainsi :

  • Chasse commerciale : interdite. La Norvège, l'Islande et la Russie ont soulevé une objection à ce moratoire et depuis, la Norvège (environ 600 animaux /an) et l'Islande (40 en 2007) continuent la chasse commerciale à la baleine.
  • Chasse aborigène : en tout, 871 animaux pour 5 ans. Cela concerne les pays dans lesquels des peuples chassent la baleine pour leur subsistance depuis des millénaires : USA (peuples de l'Alaska), Russie (peuples de Sibérie), Danemark (peuples du Groenland), Saint-Vincent-et-les-Grenadines.
  • Chasse scientifique : largement pratiquée par le Japon (plus de 10 000 baleines depuis le moratoire de 1986) et l'Islande (150 animaux).

Pour ou contre la chasse à la baleine ?

 Pro-chasse commerciale Contre la chasse et pour la protection des baleines
Qui
  • Norvège
  • Islande
  • Japon
  • Russie en 1986
  • 21 des 25 pays de l'Union Européenne dont la France
  • La majorité des Etats-Membres
Arguments
  • Effets nuisibles des cétacés sur les stocks de poissons pêchés (poissons d'intérêt commercial) : beaucoup de pays en développement sont sensibles à cet argument.

  • Gestion intégrée de la chasse ; la chasse est régulée, gérée durablement.

  • La chasse commerciale ne concerne plus que l'alimentation humaine et comme seuls quelques pays la pratiquent ou souhaitent la pratiquer, cela n'aurait pas une grande incidence sur les stocks.

  • Chasse scientifique permet d'obtenir beaucoup de données que les biologistes ne pourraient se procurer autrement qu'en tuant les baleines.
  • Beaucoup de baleines (à fanons, dans l'hémisphère Sud) ne mangent pas de poisson mais du krill.

  • Tous les produits consommés par les cétacés n'ont pas de valeur commerciale.

  • La suppression des prédateurs que sont les cétacés déséquilibre la chaîne alimentaire et donc le milieu naturel.

  • La chute des populations de baleines surpêchées n'a pas entraîné une hausse des stocks de poissons.

  • Importance du principe de précaution puisqu'il n'existe peu ou pas de données sur les populations.

  • L'observation touristique des baleines permet la gestion durable avec un profit supérieur à la chasse à la baleine. La croissance annuelle de ce tourisme est de 12 % et génère un chiffre d'affaire supérieur à 1 milliard de $/an.

Le tourisme lié à l'observation des baleines

Le tourisme dédié à l'observation des baleines (whale watching) est pratiqué par de plus en plus de touristes à travers le monde. Selon un rapport du Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW), en 2008, plus de 13 millions de personnes ont réalisé des excursions dans 119 pays pour observer les baleines.

De plus la filière est en expansion avec 2,1 milliards de dollars générés en 2008.

Cette forme de tourisme pourrait être une réponse durable permettant de générer des bénéfices sans avoir recours à la chasse à la baleine.

Le rôle des cadavres de baleines dans les grands fonds océaniques

Depuis la fin des années 80, de nouvelles découvertes scientifiques ont démontré que les cadavres de baleines et autres mammifères marins offrent à la biodiversité des grands fonds ressources et habitat. L'"écosystème baleinier" présente des analogies chimiques, biologiques et trophiques avec les écosystèmes des sources profondes hydrothermales et des suintements froids.

C'est ce que présente la synthèse "De l'utilité des baleines" réalisée par l'association "Robin des Bois" à partir d'éminents travaux scientifiques.

Sources

Toutes les références indiquées dans la partie "A Nausicaa, l'étonnante migration des baleines" ainsi que les références suivantes.

ARTICLES

  • Le Point.fr. "L'Observation des baleines, une filière touristique en expansion". Article du 24/06/09
  • L. CARAMEL. La Commission baleinière internationale toujours dans l'impasse. Le Monde du 27 juin 09

LIVRES

  • R. HARRISON et M.M. BRYDEN. Baleines, dauphins et marsouins. Ed. Bordas, 1989
  • D. ROBINEAU. Cétacés de France. Ed. Fédération Française des Sociétés de Sciences Naturelles, 2005
  • J.P. SYLVESTRE. Baleines et cachalots. Ed. Delachaux & Niestlé, 1989
  • L. DOW. La petite Encyclopédie des baleines. Ed. Bordas, 1991
  • La Baleine. Encyclopédie Larousse des Animaux, 1993. Coll. Vie Sauvage : mers et montagnes

SITES

Voter
 

COOKIE SETTINGS PANEL

1st Party cookies: Necessary Cookie =:: Enhancement=

When you refuse the use of - 1st or 3rd party - cookies, this site will not behave as designed due to the unavailability of cookies.