font-for-print-ver

L'étoile de mer à cornes

Etoile de mer à cornes (Protoreaster nodosus)Nom commun : l’étoile de mer à cornes

Nom anglais : Chocolate chip sea star

Nom latin : Protoreaster nodosus

Famille : Asteridae

Distribution : océans Indien et Pacifique, des Seychelles à l’Australie, en passant par Indonésie, Papouasie, Nouvelle-Guinée, Philippines, Japon, le long de la côte est de l’Afrique (Tanzanie, Kenya), Madagascar.

Lieu de vie : elle vit sur les herbiers, les zones sableuses, les platiers récifaux.

Description : animal assez haut de consistance dure bien que la surface soit assez douce au toucher, sa consistance rappelle celle du liège.

Biologie : cette étoile de mer est parfois parasitée par le gastéropode patelliforme Thyca astericola

Alimentation : herbivore, carnivore, détritivore; éponges et micro-organismes, cadavres de mollusques et d’oursins, microfaune des roches et du sable, algues mortes.

Taille : cette grande étoile de mer mesure de 30 à 40 cm.

Rôles dans l’écosystème : dans le contexte biodiversité des espèces, particularités et capacités à occuper une place dans l’écosystème. Globalement, "la distribution des Echinodermes est analogue à celle des grands groupes anciens et prospères". Les courants ont joué un rôle de première importance dans leur dissémination. Les étoiles de mer peuvent dévaginer leur estomac de leur corps pour ingérer puis digérer à moitié leur proie. Elles seules s’alimentent de cette façon; cela compense une absence de mâchoire. Globalement, les étoiles de mer sont opportunistes et à l'occasion nécrophages. Espèce commune des platiers récifaux ensablés et des herbiers, l’étoile de mer à cornes est parfois parasitée par le gastéropode patelliforme Thyca astricola.

Services rendus à l’Homme : les étoiles de mer Protoreaster nodosus sont riches en astérosaponines. Actuellement, on étudie les effets de certaines astérosaponines afin de les incorporer dans d’éventuels traitements contre les tumeurs cancéreuses.

Résillience : les Astéridés ont un pouvoir de régénération important - un bras sectionné régénère un disque central. Chez les Astéridés, il semble qu’un bras avec une portion de disque (1/5) est capable de régénérer un animal en entier. L’autonomie des bras est fréquente chez cette classe.

Source :

Livres :

J. SPRUNG. Trad. et adapt. J.M. BOUR. Invertébrés. Guide pratique d’identification et de maintenance. Ricordea Publishing, 2002

S. WEINBERG. Découvrir l’océan Pacifique tropical. Ed. Nathan, 2004. Coll. Découvrir.

J.-M. KORNPROBST. Sustances naturelles d’origine marine. Chimiodiversité – Pharmacodiversité –Biotechnologies. Tome 2 : Invertébrés – Vertébrés. Ed.Tec&Doc/Lavoisier, 2005

P.P. GRASSE. Traité de Zoologie. Anatomie, systématique, biologie. Echinodermes – Stomocordés – Procordés. Tome XI. Ed. Masson, 1966, pp 211-212
Site photo :
Voter
 

COOKIE SETTINGS PANEL

1st Party cookies: Necessary Cookie =:: Enhancement=

When you refuse the use of - 1st or 3rd party - cookies, this site will not behave as designed due to the unavailability of cookies.